FuzzyDemocracy

 

FuzzyDemocracy

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Courageous opinion piece by Frédéric Vidal, ancien journaliste. https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/lettre-ouverte-aux-journalistes-de-france-et-dailleurs

Lettre ouverte aux journalistes de France et d’ailleurs .cls-1{fill:#777;} Publié le 24/12/2020 à 15:44 - Mise à jour le 24/02/2021 à 11:14

Open letter to the Journalists of France and elsewhere

I am addressing myself to all the mainstream journalists of France and elsewhere, but above all to those of you who have been very uncomfortable in their profession for some months. I know that you are many.

You are in discord, as indeed are many agents of what are called today the forces of order and who only a short time ago were called guardians of the peace.

Much as they have, you too have slipped quietly these last several years into values which contradict what drove you and is still alive within you. Slowly, you have drifted towards values which are the contrary of what inspired you. You have gradually gone from the status of journalist to that of a propagandist, from informing people to disinformation, from hypocrisy to gross lies.

This year the slope has become slippery and precipitous. The plan which whistleblowers have forecast for years – those are the people you call “conspiracy theorists” – has become flesh and is carrying you along with a vertiginous speed, jostling crudely you last inhibitions. So you are today actors in a sinister farce, caught in a mad spiral because, the last many years, you have gradually accepted what is inacceptable in terms of your professional ethics.

You say nothing about the reality of this pandemic, while the official figures show that there has not been any excess mortality in 2020 compared with previous decades. Zealously, each day you nurture lies. You say nothing about what has happened in the USA since the presidential election, giving the impression that Biden won honourably and that Trump is merely a bad loser.

The list of what you say which is incidental has no end because you have never bothered to reflect on the choices you have made consciously. You obey iniquity.

Behind the illusion of this political-sanitary travesty, you have chosen to serve the soup which is offered by one percent of one percent of the richest in the world, organised by and for corruption. A world war against all the peoples is in progress, while you distract them with the shadows in Plato’s Cave, in the interests of a malicious and despotic force which, cowards as you are, you continue to serve through the media.

Sorry, if these words are harsh, but this is no time for understatement.

For those of you who entered this profession as a vocation, your position is unsupportable. You cannot close your eyes under the pretext of the invoices you must pay at the end of the month. Your children do not care a damn about your invoices, but they do care about their future.

The situation demands courage from all. Each day, more and more do not have what they need to meet what is essential. This leads them to be entirely dependent on those who lit the fire. They are pushed into marrying a society which no person in conscience wanted, excepted the psychopaths who have instigated this, but they risk unawares of accepting in order to get air to breathe. A global, liberty-killing society, which even you do not wish for your children and their descendants. What are you going to do for them and for you?

This dictatorship, which in magnitude has no precedent, modelled on the Chinese Communist Party, is in forced march, as you have seen, you see it because, if you have any curiosity left, the flair and the quest for truth which are the essence of journalism, you have the information, like all those who you have replaced. I am speaking of the whistleblowers and all those who pass their messages on, called keypad warriors. Because yes, they are soldiers since we are war. Many have already fallen over the years, sidelined, interned, killed, “suicided.” Certain too were journalists, such as Julian Assange, to name just one where the headlines are still hot. Shame on you for having abandoned and sometimes denied him.

When the house is on fire and one is inside, one does not ask whether it is risky to try to put the flames out, any more than one turns one’s nose up at those who come to assist. [.....] I note that many of the blind have become deaf, this is how their psyche protects them from facing up to the illusions which have cradled them this far. I am not addressing them, I know that they will collapse once too many revelations have shattered their denials.

The absolute weapon which will ensure the success of this offensive is information.

You are this weapon, whether you like it or not. You are serving directly the cause of the aggressors, that is what you are being paid for. Do you think you can tolerate for long this role? However, there is not anything bad in you, on the contrary, listen to what is crying out loud from your inside and free yourselves from this weight, that you conscience will never be able to digest. The peoples of the whole world need you. They need you to give them the right information, the information which will enable them not to succumb, to free themselves from the illusion which will otherwise lead them to total slavery. They have been conditioned such that most do not have the capacity to seek this information from source, not even from citizen journalists who present the only alternative; they have been too much pre-programmed, paralysed by the mass manipulation practised daily, they are under hypnosis. Only a minority is not captive in this mental straitjacket. If this minority grows each day, it will not be sufficient. The whistleblowers have not ceased informing, bringing proof of what they say, but they cannot reach those who remain glued to their television screens and still believe your lies. So what can be done in your malaise? Have the courage, as I hope will soon the people of France, to overthrow these iniquitous powers. It is a duty, even if was never written into the Declaration of Human and Citizen Rights of 1793. Retake charge of your editorial offices and TV studios, take not take notice of those who own them and have bought you, remove those who are corrupt and begin to broadcast the truth. If you do this, there are risks, certainly, but manageable ones, and you will not be alone. Call on the people to come and protect your buildings from attempts by those in power to retake them. Call on those with courage in the police and the military to do the same. There too there are plenty who are experiencing the same malaise as you are.

Do not wait until you have nothing to lose, then it will be too late. It can still be done without violence, but when you have nothing left, when the people have nothing, it will be very difficult to contain the violence. This is what we must all conjure up, while we still can, in acting in time.

Some young people no longer have hope, their fury is mounting, sometimes their rebellion. Others are apathetic. They are cornered against a wall, an abyss with no future. The craftsmen and small and medium-sized enterprises which are the real social and economic fabric of our country are in dire straits, the poorest classes are becoming even poorer, the middle class is being destroyed. That is all happening very quickly because it has been planned by those who call themselves, with your complicity and sometimes your collusion, with your conflicted interests and your corruption, the “élite.”

Five years from now, either the world will be at peace and will reorganise on the basis of new systems of governance, or it will be a globalist and ultra-materialist hell promoted by the dominant paedo-satanic classes.

That depends on all, but on you in particular, because you hold the weapon of information which they use to keep people in fear and subjugation, with lies and repression. Whereas the repression concerns the military and the police. who find themselves today facing the same choices, the mendacity is your affair: you have the power to make it stop.

History will go on, and for those who can read between the lines, despite the sombre appearances of the moment, it will be written when the moment comes in the form of a great liberation and not an imprisonment. I tell you, those who you serve will lose and will have to answer for their crimes and responsibility, from the smallest to the grandest. You have the power to enlist in the right direction of history or else in the wicked.

What is important is not what you have done so far, but what you are going to do in the present. It is that which will be remembered. Have respect for yourselves. Have respect for us.

Frédéric Vidal, former journalist.

Je m’adresse à vous tous journalistes des médias de masse de France et d’ailleurs, mais surtout à celles et ceux d’entre vous qui se sentent très mal à l’aise dans leur métier depuis quelques mois. Je sais que vous êtes nombreux à vous reconnaître ainsi.

Vous êtes aujourd’hui en dissonance, comme le sont de nombreux agents de ce que l’on appelle aujourd’hui les « forces de l’ordre » et qu’on appelait il n’y a pas si longtemps les « gardiens de la paix ». Tout comme eux vous avez doucement glissé ces dernières années vers des valeurs contraires à ce qui vous animait et vit encore en vous. Vous avez lentement dérivé du statut de journaliste à celui de propagandiste, de l’information à la désinformation, par dissimulation, mais aussi par le mensonge brut.

Cette année 2020, la pente s’est accrue et tout s’est précipité. Le plan annoncé par les lanceurs d’alerte depuis des années, ceux-là-même que vous appeliez complotistes, est lancé et vous entraîne à une vitesse vertigineuse, bousculant rudement vos ultimes inhibitions s’il en reste. Vous voilà aujourd’hui acteurs d’un sinistre canular, pris dans une spirale folle parce que ces dernières années vous avez progressivement accepté l’inacceptable au regard de votre déontologie professionnelle piétinée.

Vous ne dites rien sur la réalité de cette pandémie, dont les chiffres officiels (voyez ceux de l’INSEE) montrent qu’il n’y a eu aucune surmortalité en 2020 par rapport aux décennies précédentes. Elle est pourtant le mensonge que vous nourrissez avec grand zèle chaque jour. Vous ne dites rien de ce qui se passe aux États-Unis depuis l’élection présidentielle, laissant croire que Biden a gagné en tout honneur et que Trump n’est qu’un mauvais perdant.

La liste est interminable de ce que vous ne dites pas d’essentiel parce que vous n’avez jamais pris la peine de vous y pencher ou que vous avez fait le choix de l’occulter sciemment. Au mieux, vous obéissez à l’inique et ce n’est pas davantage excusable.

Derrière le paravent de cette mascarade politico-sanitaire, vous avez choisi de servir la soupe que tendent au bas peuple les 1 % des 1 % les plus riches de ce monde organisé par et pour la corruption. Une guerre mondiale contre tous les peuples est en cours pendant que vous les divertissez en agitant les ombres de la caverne de Platon, dans l’intérêt d’une poignée malveillante et despotique que par lâcheté vous continuez à servir à travers vos médias.

Je suis désolé si les mots sont durs, mais l’heure n’est plus aux litotes.

Pour celles et ceux d’entre vous qui ont abordé ce métier par vocation, votre position est intenable. Vous ne pouvez plus fermer les yeux sous prétexte de factures à payer en fin de mois. Vos enfants, s’ils ne sont pas eux aussi sous hypnose, s’en foutent de vos factures, mais pas de leur avenir.

La situation demande du courage à toutes et tous. Chaque jour, de plus en plus n’ont pas de quoi répondre à leurs besoins essentiels. Ils sont conduits là pour devenir pleinement dépendants de ceux-là même qui ont allumé l’incendie. Ils seront alors précipités à épouser une société dont personne en conscience ne voudrait, en-dehors des psychopathes qui en sont les instigateurs, mais qu’ils risquent en inconscience d’accepter pour retrouver l’illusion d’un bol d’air. Une société mondialiste et liberticide, que vous-mêmes ne voulez pas pour vos enfants et leurs descendants. Qu’allez-vous faire pour eux et pour vous ?

Cette dictature sans précédent par son ampleur, calquée sur le modèle du parti communiste chinois, est en marche forcée, vous l’avez vu, vous le voyez parce que s’il vous reste la curiosité, le flair et la quête de la vérité qui sont l’essence du journalisme, vous en avez l’information, comme tous ceux qui vous ont remplacé au pied-levé, l’ont. Je parle des lanceurs d’alerte et de tous ceux qui les relaient, ceux que l’on nomme les soldats numériques. Car oui ce sont des soldats puisque nous sommes en guerre. Beaucoup de ceux-là sont tombés au fil des années, mis à l’écart, internés, assassinés, « suicidés ». Certains même étaient journalistes, comme Julian Assange pour ne nommer que lui dont l’actualité est encore brûlante. Il est une honte pour vous tous qui l’avez abandonné et parfois renié.

Lorsque la maison brûle et qu’on est à l’intérieur, on ne se demande plus s’il est risqué ou non d’essayer d’éteindre les flammes, pas plus qu’on fait la moue sur qui vient nous aider à les maîtriser. Encore faut-il accepter de voir l’incendie. Je concède qu’à ce jour, bien des aveugles sont aussi devenus sourds, c’est ainsi que leur psyché se protège de regarder en face les illusions qui les ont jusque-là bercés. Je ne m’adresse pas à eux, je sais qu’ils s’effondreront lorsque trop de révélations auront brisé leurs dénis.

L’arme absolue qui garantira la réussite de cette offensive est l’information.

Vous êtes cette arme, que vous le vouliez ou non. Vous servez directement la cause des agresseurs, c’est ce pour quoi vous êtes aujourd’hui payés. Pensez-vous vous supporter longtemps dans ce rôle ? Il n’y a pourtant rien de mauvais en vous, au contraire, écoutez ce qui crie tout au fond de vous et libérez-vous de ce poids que votre conscience ne pourra jamais digérer. Les peuples du monde entier ont besoin de vous, ils ont besoin que vous leur donniez la juste information, celle qui leur permettra de ne pas succomber, de se libérer de l’illusion qui les conduira sinon vers un esclavage absolu. Leur conditionnement fait qu’ils n’ont pas la capacité pour la plupart d’aller eux-mêmes chercher cette information à la source, ni même auprès des journalistes citoyens qui présentent la seule alternative, ils sont trop formatés, tétanisés par les techniques de manipulation des masses pratiquées au quotidien, ils sont sous hypnose. Seule une minorité n’est pas captive de cette camisole mentale. Si cette minorité grandit chaque jour, elle ne suffit pas encore. Les lanceurs d’alerte n’ont pas cessé d’informer, d’apporter les preuves de ce qu’ils avançaient, mais ils ne peuvent atteindre ceux qui restent rivés devant leurs téléviseurs et croient encore en vos mensonges. Alors que faire dans votre mal-être ? Avoir le courage, comme le fera bientôt j’espère le peuple de France, de renverser les pouvoirs iniques. C’est un devoir, qui même s’il n’a jamais été appliqué reste inscrit dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793. Reprenez vos salles de rédaction et vos studios TV, ne vous préoccupez pas de ceux qui les possèdent et vous ont achetés, écartez les corrompus et commencez à diffuser la vérité. Si vous le faites, il y aura des risques bien sûr mais mesurés, et vous ne serez pas seuls, appelez le peuple à venir protéger vos bâtiments des tentatives du pouvoir de les reprendre. Appelez les policiers et les militaires courageux à faire de même. Il y en a autant chez eux à vivre le même malaise que vous.

N’attendez pas de n’avoir plus rien à perdre, ça sera trop tard. Les choses peuvent encore se faire sans violence, mais quand vous n’aurez plus rien, quand les peuples n’auront plus rien, la violence sera très difficile à endiguer. C’est ce qu’il nous faut tous conjurer, tant qu’on le peut encore, en agissant dans le bon timing.

Une partie de la jeunesse n’a plus d’espoir, sa colère grandit, parfois sa révolte. Une autre partie est amorphe. Elle se sent acculée contre un mur devant un gouffre sans avenir. Les artisans et les PME qui sont le tissu social et l’économie réelle de nos pays sont aux abois, les classes les plus pauvres s’appauvrissent encore, la classe moyenne est en voie de destruction. Tout cela va très vite désormais car c’est planifié en ce sens par ceux qui se désignent comme « l’élite » avec votre complicité et parfois vos collusions, vos conflits d’intérêts, votre corruption.

D’ici cinq ans, soit le monde sera en paix et se réorganisera sur les bases de nouveaux systèmes de gouvernance, soit il sera l’enfer mondialiste et ultra-matérialiste que promeuvent les classes dominantes pédosataniques.

Cela dépend de tous, mais de vous particulièrement, parce que vous détenez l’arme de l’information qu’ils utilisent pour maintenir les peuples dans la peur et la soumission, par le mensonge et la répression. Si la répression concerne les militaires et les policiers, qui se retrouvent aujourd’hui devant les mêmes choix, le mensonge est votre affaire, vous avez le pouvoir de le faire cesser.

L’Histoire se fera et pour qui sait voir entre les lignes, malgré les sombres apparences du moment, elle s’écrira le moment venu dans le sens d’une grande libération et pas d’un enfermement. Je vous le dis, ceux que vous servez perdront et devront faire face à leurs crimes et leurs responsabilités, du plus petit au plus grand. Vous avez le pouvoir de vous inscrire dans le bon sens de l’Histoire ou dans le mauvais.

L’important n’est pas ce que vous avez fait jusqu’à maintenant, mais ce que vous allez faire à présent. C’est cela qui sera retenu. Respectez-vous, respectez-nous.

Frédéric Vidal, ancien journaliste.

 

En attendant un septième jour de pluie

-->