FuzzyDemocracy

 

FuzzyDemocracy

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Traduction française en bas !

English translation of the following article: https://2020news.de/sensationsurteil-aus-weimar-keine-masken-kein-abstand-keine-tests-mehr-fuer-schueler/

This translation is a reworking by a professional translator (Paul Charles Gregory, BDÜ) of a machine translation using DeepL. For the German language sources referred to, see the original German.

In summary proceedings (Ref.: 9 F 148/21), the Weimar Family Court ruled on 8 April 2021 prohibiting two Weimar schools with immediate effect from requiring pupils to wear mouth-nose coverings of any kind (especially “qualified” masks such as FFP2 masks); it further prohibited the schools from demanding compliance with AHA minimum distance-keeping; and also prohibited them from demanding that pupils undergo SARS-CoV-2 rapid tests. At the same time, the Court ruled that classroom instruction must be face-to-face [i.e. not remote]. Here is the full-text judgment (including three expert opinions).

This is the first time that evidence has been presented to a German court on the scientific reasonableness and necessity of the anti-Corona measures which have been imposed. Those heard as expert witnesses were the public health doctor Prof. Dr. med Ines Kappstein, the psychologist Prof. Dr. Christof Kuhbandner and the biologist Prof. Dr. rer. biol. hum. Ulrike Kämmerer.

The legal proceedings are a child protection case pursuant to § 1666 paragraph 1 and 4 of the German Civil Code (BGB). It was initiated by a mother for her two sons, aged 14 and 8, at the Municipal Court – Family Division. She argued that her children were being physically, psychologically and educationally harmed without any benefit for the children or third parties. At the same time, there was violation of numerous rights of the children and their parents under the law, under the constitution and under international conventions.

Proceedings under section 1666 of the Civil Code can be initiated ex officio, either on the proposal of any person, or if, in the best interests of the child, the Court considers intervention to be necessary pursuant to §1697a of the Civil Code, in the absence of any such proposal.

After examining the factual and legal situation and evaluating the expert opinions, the Weimar Family Court has come to the conclusion that the measures – now prohibited – constituted a present danger to the children's mental, physical and psychological well-being to such an extent that, if they continued without intervention, there was a high degree of certainty of considerable harm being inflicted.

The judge elaborated: “Such a danger is present here. For the children are not only endangered in their mental, physical and psychological well-being by the obligation to wear face masks during school hours, and to keep their distance from each other and from other persons, but they have already been harmed. At the same time, there is violation of numerous rights of the children and their parents under the law, the constitution and international conventions. This applies, in particular, to the right to free development of the personality and to physical integrity under Article 2 of the Basic Law, as well as to the right, pursuant to Article 6 of the Basic Law, to parental upbringing and care (also with regard to measures for healthcare and "objects" to be carried by children)....”

With his judgement, the judge confirmed the mother's assessment: “The children are physically, psychologically and educationally harmed while their rights are violated without any benefit for the children themselves or third parties.”

According to the Court, the school administrators, teachers and others could not invoke the regional state [i.e. “Land”] regulations, on which the measures are based, because these are unconstitutional and therefore null & void. Reason: they violate the principle of proportionality, rooted in the constitutional rule of law (Articles 20, 28 of the Basic Law).

"According to this principle, also known as the prohibition of excess, the measures intended to achieve a legitimate purpose must be suitable, necessary and proportionate in a narrow sense – that is to say: when weighing their advantages and disadvantages. The measures at issue are not evidence-based, contrary to Section 1(2) IfSG, and are already unsuited to achieving the fundamentally legitimate purpose they pursue, namely to avoid overloading the health system or to reduce the incidence of infection with the SARS-CoV- 2 virus. In any case, however, they are, strictly speaking, disproportionate because the considerable disadvantages/collateral damage caused by them are not compensated for by any recognisable benefit for the children themselves or for third parties," the judge said.

He made clear: "Nevertheless, it must be pointed out that it is not the parties involved who would have to justify the unconstitutionality of the encroachments on their rights, but, rather, the Free State of Thuringia, which with its State law provisions has encroached on the rights of the parties involved, would have to prove with the necessary scientific evidence that the measures it prescribes are suitable to achieve the intended purposes and, if so, that they are proportionate. So far, this has not been done in the remotest."

1. THE LACK OF BENEFIT OF WEARING MASKS AND OBSERVING DISTANCE RULES FOR THE CHILDREN THEMSELVES AND THIRD PARTIES

With her assessment of the complete international data on masks the expert Professor Kappstein convinced the Court that the scientific evidence does not support the idea of the effectiveness of masks for healthy people in public.

The ruling states: "Likewise, 'third-party protection' and 'unnoticed transmission', which the RKI [Robert-Koch Institute] used to justify its 're-evaluation', are not supported by scientific facts. Plausibility, mathematical estimates and subjective assessments in opinion pieces cannot replace population-based clinical epidemiological studies. Experimental studies on the filtering performance of masks and mathematical estimates are not suitable to prove effectiveness in real life. While international health authorities advocate the wearing of masks in public spaces, they also say that there is no evidence from scientific studies to support this. Indeed, all currently available scientific evidence suggests that masks have no effect on the incidence of infection. None of the publications that are cited as evidence for the effectiveness of masks in public spaces allow this conclusion. The same also applies to the so-called Jena Study, as the expert explains in detail in her report. This is because the Jena study – like the vast majority of other studies, a purely mathematical estimation or modelling study, based on theoretical assumptions without real contact tracing, and with authors from the field of macroeconomics without epidemiological knowledge – fails to take into account the decisive epidemiological circumstance, as explained in detail by the expert, that the infection levels had already declined significantly before the introduction of mandatory masks in Jena on 6 April 2020 (about three weeks later in the whole of Germany), and that there was no longer any relevant incidence of infection in Jena as early as the end of March 2020."

The masks are not only useless, they are also dangerous, rules the Court: "Every mask, as the expert explained, must, in order in principle to be effective, be worn correctly. Masks can become a contamination risk if they are touched. However, in the first place, people do not wear them properly; secondly, people often touch the masks with their hands. This can also be observed with politicians who are seen on television. The population was not instructed how to use masks properly, it was not explained how to wash their hands when out & about, or how to perform effective hand disinfection. Furthermore, it was not explained why hand hygiene is important and that one must be careful not to touch one's eyes, nose and mouth with one's hands. The population was virtually left alone with the masks. The risk of infection is not only not reduced by wearing the masks but increased by the incorrect handling of the mask. In her expert opinion, the expert witness sets this out in just as much detail as the fact that, and for what reasons, it is "unrealistic" to achieve the appropriate handling of masks by the population."

The judgement goes on to say: "The transmission of SARS-CoV-2 through 'aerosols', i.e. through the air, is medically implausible and scientifically unproven. It is a hypothesis that has come mainly from aerosol physicists whose specialism, states the expert, understandably does not enable them to assess medical contexts. The 'aerosol' theory is extremely harmful to human interactions and leads to people no longer feeling safe in any indoor space, with some even fearing infection from 'aerosols' outside buildings. Together with the idea of 'unnoticed' transmission, the 'aerosol' theory leads to people seeing an infection risk in every fellow human being.

The changes in the policy on masks, first fabric masks in 2020, then since the beginning of 2021 either OP masks or FFP2 masks, lack any clear rationale. Even though OP masks and FFP masks are both medical masks, they have different functions and are therefore not interchangeable. Either the politicians who made these decisions themselves did not understand what which type of mask is basically suitable for, or they did not care about that, but only about the symbolic value of the mask. From the expert's point of view, the policy-makers' mask decisions are not comprehensible and, to put it mildly, can be described as implausible.

The expert further points out that, outside of medical patient care, there are no scientific studies on social spacing. In summary, in her opinion and to the conviction of the court, only the following rules can be established:

1. Keeping a distance of about 1.5 m (1 - 2 m) during face-to-face encounters when one of the two persons has symptoms of a cold might be described as a sensible precaution. However, it is not scientifically proven; there is only evidence – or it can be said to be plausible – that it is an effective measure to protect against contact with pathogens through droplets of respiratory secretion if the person in contact has signs of a cold. Keeping distance with all & sundry, however, is not an effective way to protect oneself if the other person has a cold.

2. Maintaining an all-round distance or even just a face-to- face distance of about 1.5 m (1 - 2 m), if none of the people present has signs of a cold, is not supported by scientific data. However, this greatly impairs people living together and especially carefree contact among children, without any recognisable benefit in terms of infection protection.

3. Close contacts, i.e. under 1.5 m (1 - 2 m), among pupils or between teachers and pupils, or among colleagues at work, etc., do not pose a risk even if one of the two contact persons has signs of a cold, because the duration of such contacts at school or even among adults, somewhere in public, is far too short for droplet transmission to occur. This is also shown by studies from households where, despite living in close quarters with numerous skin and mucous membrane contacts, few members of the household become ill when one of them has a respiratory infection."

The Court also follows Professor Kappstein's assessment regarding the transmission rates of symptomatic, pre-symptomatic and asymptomatic people. It writes:

"She states that pre-symptomatic transmission is possible, but not inevitable. In any case, according to the professor, they are significantly lower when real contact scenarios are evaluated than when mathematical modelling is used.

From a systematic review with meta-analysis on Corona transmission in households published in December 2020, the professor contrasted a higher, but still not excessive, transmission rate of 18% for symptomatic index cases with an extremely low transmission of only 0.7% for asymptomatic cases. The possibility that asymptomatic people, previously referred to as healthy people, transmit the virus is therefore meaningless."

In summary, the Court states, "There is no evidence that face masks of various types can reduce the risk of infection by SARS-CoV-2 at all, or even appreciably. This statement applies to people of all ages, including children and adolescents, as well as asymptomatic, pre-symptomatic and symptomatic persons.

On the contrary, there is the possibility that hand-to-face contact, which becomes more frequent when wearing a mask, increases the risk of coming into contact with the pathogen oneself or bringing fellow humans into contact with it. For the normal population, there is no risk of infection in either the public or private sphere that could be reduced by wearing face masks (or other measures). There is no evidence that compliance with social distancing regulations can reduce the risk of infection. This applies to people of all ages, including children and adolescents."

Even after the extensive findings of the expert Prof. Dr. Kuhbandner, according to the reasons for the judgement, "there is no high-quality scientific evidence to date that the risk of infection can be significantly reduced by wearing face masks. According to the expert's findings, the recommendations of the RKI and the S3 guideline of the professional societies are based on observational studies, laboratory studies on the filter effect and modelling studies, which only provide low or very low evidence, because the underlying methodology of such studies does not allow any really valid conclusions to be drawn on the effect of masks in everyday life, or at schools. Moreover, the results of the individual studies are heterogeneous and some more recent observational studies provide contradictory findings."

The judge states: "In addition, the achievable extent of the reduction in the risk of infection by wearing masks in schools is very low, because infections occur very rarely in schools even without masks. Accordingly, the absolute risk reduction is so small that a pandemic cannot be combated in a relevant way... According to the expert's explanations, the currently allegedly rising infection figures among children are very likely to be due to the fact that the number of tests among children increased significantly in the preceding weeks. Since the risk of infection at schools is very low, even a possible increase in the infection rate of the new virus variant B.1.1.7, in the order of magnitude assumed in studies, is not expected to significantly increase the spread of the virus at schools. This small benefit is countered by numerous possible side effects with regard to the physical, psychological and social well-being of children, from which numerous children would have to suffer in order to prevent a single infection. The expert presents these in detail, among other things, on the basis of the side-effects register published in the scientific journal Monatsschrift Kinderheilkunde."

2 THE UNSUITABILITY OF PCR TESTS AND RAPID TESTS FOR MEASURING THE INCIDENCE OF INFECTION

On the subject of the PCR test, the Court writes: "The expert witness Prof. Dr. med. Kappstein has already pointed out in her testimony that the PCR test can only detect genetic material, but not whether the RNA originates from viruses that are capable of infection and thus capable of replication (i.e. capable of reproduction).

The expert witness Prof. Dr. rer. biol. hum. Kämmerer confirmed, in her testimony on molecular biology, that a PCR test – even if it is carried out correctly – cannot provide any information on whether a person is infected with an active pathogen or not.

This is because the test cannot distinguish between "dead" matter, e.g. a completely harmless genome fragment as a remnant of the body's own immune system's fight against a cold or flu (such genome fragments can still be found many months after the immune system has "dealt with" the problem) and "living" matter, i.e. a "fresh" virus capable of reproducing.

For example, PCR is also used in forensics to amplify residual DNA from hair remains or other trace materials by means of PCR in such a way that the genetic origin of a [putative] perpetrator(s) can be identified ("genetic fingerprint").

Even if everything is done "correctly" when carrying out the PCR, including all preparatory steps (PCR design and establishment, sample collection, preparation and PCR performance), and the test is positive, i.e. detects a genome sequence which may also exist in one or even the specific "corona" virus sequence (SARS-CoV-2), this does not mean, under any circumstances, that the person who was tested positive is infected with a replicating SARS-CoV-2 and is therefore infectious = dangerous for other persons.

Rather, in order to determine an active infection with SARS-CoV-2, further – indeed specific – diagnostic methods, such as the isolation of replicable viruses, must be used.

Independent of the fact that, in principle, it is impossible to detect an infection with the SARS-CoV-2 virus using the PCR test, the results of a PCR test, according to the expert witness Prof. Dr. Kämmerer, depend on a number of parameters which, firstly, cause considerable uncertainties and, secondly, can be manipulated in such a way that many or few (apparently) positive results are obtained.

Of these sources of error, two striking ones may be singled out.

One of these is the number of target genes to be tested. The WHO guidelines reduced these from originally a sequence of three to just one. The expert witness calculated that the use of only one target gene to be tested in a mixed population of 100,000 tests, with not a single person actually infected, would result in a count of 2,690 false positives; this is based on a mean error rate determined in an interlaboratory comparison. Using three target genes would result in only ten false positives.

If the 100,000 tests carried out were representative of 100,000 citizens of a city or district over a period of seven days, this reduction in the number of target genes used would alone result in a difference of 10 false positives compared to 2,690 false positives in terms of the "daily incidence" and, depending on this, the severity of the restrictions on the freedom of the citizens.

If the correct "target number" of three or even better (as e.g. in Thailand) up to six genes had been consistently used for the PCR analysis, the rate of positive tests and thus the "7-day incidence" would have been reduced almost completely to zero.

Furthermore, the so-called Ct-value, i.e. the number of amplification/doubling steps up to which the test is still considered "positive", is an additional source of error.

The expert witness points out that, according to unanimous scientific opinion, all "positive" results that are only detected from a Ct-value of 35 upwards have no scientific (i.e. no evidence-based) foundation. In the Ct range 26-35, the test can only be considered positive if it is matched with virus cultivation. Yet the RT-qPCR test for the detection of SARS-CoV-2, which was propagated worldwide with the help of the WHO, was (and following it, all other tests based on it as a blueprint) set at 45 cycles without defining a Ct-value for "positive".

In addition, when using the RT-q-PCR test, the WHO Information Notice for IVD Users 2020/05 must be observed (No. 12 of the court's legal notes). Accordingly, if the test result does not correspond to the clinical findings about an examined person, a new sample must be taken and a further examination performed, as well as a differential diagnostic; only then, according to these guidelines, can a test be counted as positive. According to the expert report, the rapid antigen tests used for mass testing cannot provide any information on infectivity, as they can only detect protein components without any connection to an intact, reproducible virus.

In order to allow an estimation of the infectivity of the tested persons, the positive test carried out in each case (similar to the RT-qPCR) would have to be individually compared with the cultivability of viruses from the test sample, which is impossible under the extremely variable and unverifiable test conditions.

Finally, the expert witness points out that the low specificity of the tests causes a high rate of false positive results, which lead to unnecessary personnel (quarantine) and social (e.g. schools closed, "outbreak reports") consequences until they turn out to be false alarms. The error, i.e. a high number of false positives, is particularly high in tests on people who have no symptoms.

It remains to be noted that, in principle, neither the PCR test nor the antigen rapid test can detect an infection with the SARS-CoV-2 virus, as has been demonstrated by the expert witness. Moreover, besides those described above, there are other sources of error, which are listed in the expert opinion as having serious effects, such that an adequate detection of the infection with SARS-CoV-2 in [the Federal Constitutive State, or Land, of] Thuringia (and nationwide) is not remotely possible.

In any case, the term "incidence" is misused by the Land executive. "Incidence" actually means the occurrence of new cases in a defined group of persons (repeatedly tested and, if necessary, medically examined) in a defined period of time, cf. No. 11 of the Legal Notes of the Court. In fact, however, undefined groups of people are tested in undefined periods of time, so that what is passed off as "incidence" is merely reporting data, pure & simple.

In any case, according to a meta-analysis study by medical scientist and statistician John Ioannidis, one of the most cited scientists worldwide, which was published in a WHO bulletin in October 2020, the infection fatality rate is 0.23%, which is no higher than that of moderately severe influenza epidemics.

Ioannidis also concluded, in a study published in January 2021, that lockdowns have no significant benefit.

3. THE VIOLATION BY RAPID TESTS IN SCHOOLS OF THE RIGHT TO INFORMATIONAL SELF-DETERMINATION

The right to informational self-determination as part of the general right to personal privacy pursuant to Article 2(1) of the Basic Law is the right of the individual to determine, in principle, for himself or herself, the disclosure and use of information about their person. Such personal information also includes the result of a test. Furthermore, such a result is a personal health "data" within the meaning of the Data Protection Regulation (DSGVO) and is, in principle, of no concern to others.

This encroachment on fundamental rights is also unconstitutional. This is because, given the practical procedures of the testing in schools, it seems unavoidable that numerous other people (fellow pupils, teachers, other parents) would, for example, become aware of any "positive" test result.

This applies accordingly if similar test barriers are erected for access to shopping or cultural events.

Furthermore, compulsory testing of schoolchildren under regional [i.e. Land] law is not warranted by the Infection Protection Act (IfSG) – irrespective of the fact that this Act itself is subject to considerable constitutional objections.

According to § 28 IfSG, the competent authorities can take the necessary protective measures in the manner specified therein if "sick persons, persons suspected of being sick, persons suspected of being infected or of being carriers of germs", are identified. Pursuant to § 29 IfSG, these persons can be subjected to observation and must then also tolerate the necessary examinations.

In its decision of March 2, 2021, ref.: 20 NE 21.353, the Bavarian Administrative Court of Appeal refused to consider employees in nursing homes as sick, suspected of being sick or carriers from the outset. This must also apply to pupils. Even a classification as “suspected of being infected” is out of the question.

According to the adjudications of the Federal Administrative Court, anyone who, with sufficient certainty, has had contact with an infected person, is considered to be suspected of being infected within the meaning of § 2 No. 7 IfSG; a distant probability is not sufficient. It is necessary that the assumption that the person concerned has ingested pathogens is more probable than the opposite. The criterion for a suspicion of infection is, exclusively, the probability of a past infection process, cf. judgement of 22.03.2012 - 3 C 16/11 - juris marginal no. 31 et seq. The BayVGH, loc. cit., has rejected this for employees in nursing professions. Nothing else applies to school children."

4 THE RIGHT OF CHILDREN TO EDUCATION AND SCHOOLING

On the children's right to education, the judge states: "Under Land [i.e. federal state] law, children of school age are not only subject to compulsory schooling law, but also have a legal right to education and schooling. This also follows from Articles 28 and 29 of the UN Convention on the Rights of the Child, which is applicable law in Germany.

According to this, all nations party to the treaty must not only make attendance at primary school compulsory and free of charge for all, but also must promote the development of various forms of secondary education of a general and vocational nature, make such education available and accessible to all children and must take appropriate measures such as the introduction of free education and the provision of financial support in cases of need. In this, the educational goals contained in Article 29 of the UN Convention on the Rights of the Child are to be adhered to."

5. CONCLUSIONS

The judge summarised his decision as follows:

"The compulsion imposed on school children to wear masks and to keep their distance from each other and from third persons harms the children physically, psychologically, educationally and in their psychosocial development, without being counterbalanced by more than, at best, marginal benefit to the children themselves or to third persons. Schools do not play a significant role in the "pandemic".

The PCR tests and rapid tests used are, in principle, not suitable on their own to detect an "infection" with the SARS-CoV-2 virus. This is already clear from the Robert Koch Institute's own calculations, as explained in the expert reports. According to RKI calculations, as expert Prof. Dr. Kuhbandner explains, the probability of actually being infected when receiving a positive result in mass testing with rapid tests, regardless of symptoms, is only two per cent at an incidence of 50 (test specificity 80%, test sensitivity 98%). This would mean that, for every two true-positive rapid test results, there would be 98 false-positive rapid test results, all of which would then have to be retested with a PCR test.

A (regular) compulsion to mass-test asymptomatic people, i.e. healthy people, for which there is no medical indication, cannot be imposed because it is disproportionate to the effect that can be achieved. At the same time, the regular compulsion to take the test puts the children under psychological pressure, because in this way their ability to attend school is constantly put to the test."

Finally, the judge notes:

« Based on surveys in Austria, where no masks are worn in primary schools, but rapid tests are carried out three times a week throughout the country, the expert witness Prof. Dr. Kuhbandner concludes: ‘100,000 primary school pupils would have to put up with all the side effects of wearing masks for a week in order to prevent just one infection per week.’ »

To call this result merely disproportionate would be a completely inadequate description. Rather, it shows that the Land [i.e. federal state] legislature regulating this area has lost contact with reality to an unprecedented extent."

-----------___________----------
TRADUCTION FRANÇAISE

Il s’agit ci-dessous d’une traduction automatique de la traduction anglaise de l'article suivant :
https://2020news.de/sensationsurteil-aus-weimar-keine-masken-kein-abstand-keine-tests-mehr-fuer-schueler/

La traduction anglaise soi-même est un remaniement par un traducteur professionnel (Paul Charles Gregory, BDÜ) d'une traduction automatique utilisant DeepL. Pour les sources en langue allemande auxquelles il est fait référence, voir l'original allemand.

Dans le cadre d'une procédure en référé (réf. : 9 F 148/21), le tribunal de la famille de Weimar a décidé, le 8 avril 2021, d'interdire à deux écoles de Weimar, avec effet immédiat, d'exiger des élèves qu'ils portent des couvre-nez de quelque nature que ce soit (en particulier des masques "qualifiés" tels que les masques FFP2) ; il a également interdit aux écoles d'exiger le respect des distances minimales de l'AHA et leur a également interdit d'exiger que les élèves se soumettent à des tests rapides SARS-CoV-2. En même temps, la Cour a statué que l'enseignement en classe doit se faire en face à face [c'est-à-dire pas à distance]. Voici le texte intégral de l'arrêt (y compris trois avis d'experts).

C'est la première fois que des preuves ont été présentées à un tribunal allemand sur le caractère scientifiquement raisonnable et nécessaire des mesures anti-Corona qui ont été imposées. Les experts entendus étaient le médecin de santé publique Prof. Dr. med Ines Kappstein, le psychologue Prof. Dr. Christof Kuhbandner et le biologiste Prof. Dr. rer. biol. hum. Ulrike Kämmerer.

La procédure judiciaire est une affaire de protection de l'enfance conformément à l'article 1666, paragraphes 1 et 4, du code civil allemand (BGB). Elle a été initiée par une mère pour ses deux fils, âgés de 14 et 8 ans, auprès du Tribunal municipal – Division de la famille qui a fait valoir que ses enfants subissaient des préjudices physiques, psychologiques et éducatifs sans aucun bénéfice pour les enfants ou les tiers. En même temps, il y avait une violation de nombreux droits des enfants et de leurs parents en vertu de la loi, de la constitution et des conventions internationales.

La procédure prévue à l'article 1666 du code civil peut être engagée d'office, soit sur proposition de toute personne, soit si, dans l'intérêt supérieur de l'enfant, le tribunal estime qu'une intervention est nécessaire en vertu de l'article 1697a du code civil, en l'absence d'une telle proposition.

Après avoir examiné la situation de fait et de droit et évalué les expertises, le juge aux affaires familiales de Weimar est arrivé à la conclusion que les mesures – désormais interdites – constituaient un danger actuel pour le bien-être mental, physique et psychique des enfants à un point tel que, si elles se poursuivaient sans intervention, il y avait un degré élevé de certitude qu'un préjudice considérable soit infligé.

Le juge a développé : « Un tel danger est présent en l'espèce. En effet, les enfants ne sont pas seulement mis en danger dans leur bien-être mental, physique et psychologique par l'obligation de porter des masques pendant les heures de classe et de se tenir à distance les uns des autres et des autres personnes, mais ils ont déjà subi un préjudice. En même temps, il y a violation de nombreux droits des enfants et de leurs parents selon la loi, la constitution et les conventions internationales. Cela concerne en particulier le droit au libre développement de la personnalité et à l'intégrité physique en vertu de l'article 2 de la Loi fondamentale, ainsi que le droit, en vertu de l'article 6 de la Loi fondamentale, à l'éducation et aux soins parentaux (également en ce qui concerne les mesures de santé et les "objets" à porter par les enfants).... »

Par son jugement, le juge a confirmé l'appréciation de la mère : "Les enfants subissent des préjudices physiques, psychologiques et éducatifs tandis que leurs droits sont violés sans aucun bénéfice pour les enfants eux-mêmes ou pour des tiers."

Selon le tribunal, les administrateurs de l'école, les enseignants et d'autres personnes ne pouvaient pas invoquer les règlements de l'État régional [c'est-à-dire du "Land"], sur lesquels les mesures sont fondées, car ils sont inconstitutionnels et donc nuls et non avenus. Motif : elles violent le principe de proportionnalité, ancré dans l'État de droit constitutionnel (articles 20 et 28 de la Loi fondamentale).

« Selon ce principe, également connu sous le nom d'interdiction de l'excès, les mesures destinées à atteindre un but légitime doivent être appropriées, nécessaires et proportionnées au sens étroit – c'est-à-dire : en pesant leurs avantages et leurs inconvénients. Les mesures en cause ne sont pas fondées sur des preuves, contrairement à l'article 1(2) IfSG, et sont déjà inadaptées à la réalisation du but fondamentalement légitime qu'elles poursuivent, à savoir éviter la surcharge du système de santé ou réduire l'incidence de l'infection par le virus SRAS-CoV- 2. Mais en tout état de cause, elles sont, à proprement parler, disproportionnées, car les inconvénients/dommages collatéraux considérables qu'elles entraînent ne sont pas compensés par un avantage reconnaissable pour les enfants eux-mêmes ou pour les tiers, » a déclaré le juge.

Il a précisé : « Il faut néanmoins souligner que ce ne sont pas les parties concernées qui devraient justifier l'inconstitutionnalité des atteintes à leurs droits, mais bien l'État libre de Thuringe, qui a empiété sur les droits des intéressés avec ses dispositions de droit public, qui devrait prouver, avec les preuves scientifiques nécessaires, que les mesures qu'il prescrit sont aptes à atteindre les objectifs visés et, le cas échéant, qu'elles sont proportionnées. Jusqu'à présent, cela n'a pas été fait, loin s'en faut. »

1. L'absence de bénéfice du port de masques et du respect des règles de distance pour les enfants eux-mêmes et les tiers

Avec son évaluation des données internationales complètes sur les masques, l'expert Professeur Kappstein a convaincu la Cour que les preuves scientifiques ne soutiennent pas l'idée de l'efficacité des masques pour les personnes en bonne santé en public.

L'arrêt indique : « De même, la 'protection des tiers' et la 'transmission inaperçue', que le RKI [Robert-Koch Institute] a utilisées pour justifier sa 'réévaluation', ne sont pas étayées par des faits scientifiques. La plausibilité, les estimations mathématiques et les évaluations subjectives dans les articles d'opinion ne peuvent remplacer les études épidémiologiques cliniques basées sur la population. Les études expérimentales sur les performances de filtrage des masques et les estimations mathématiques ne permettent pas de prouver leur efficacité dans la vie réelle. Si les autorités sanitaires internationales préconisent le port de masques dans les espaces publics, elles affirment également qu'il n'existe pas de preuves issues d'études scientifiques à l'appui. En effet, toutes les preuves scientifiques actuellement disponibles suggèrent que les masques n'ont aucun effet sur l'incidence des infections. Aucune des publications qui sont citées comme preuve de l'efficacité des masques dans les espaces publics ne permet de tirer cette conclusion. Il en va de même pour l'étude dite de Jena, comme l'expert l'explique en détail dans son rapport. En effet, l'étude d'Iéna – comme la grande majorité des autres études, une étude d'estimation ou de modélisation purement mathématique, basée sur des hypothèses théoriques sans recherche réelle des contacts, et avec des auteurs issus du domaine de la macroéconomie sans connaissances épidémiologiques – ne tient pas compte de la circonstance épidémiologique décisive, comme l'explique en détail l'expert, que les niveaux d'infection avaient déjà considérablement diminué avant l'introduction des masques obligatoires à Iéna le 6 avril 2020 (environ trois semaines plus tard dans toute l'Allemagne), et qu'il n'y avait plus d'incidence pertinente d'infection à Iéna dès la fin du mois de mars 2020. »

Les masques ne sont pas seulement inutiles, ils sont aussi dangereux, juge la Cour: « Chaque masque, comme l'a expliqué l'expert, doit, pour être en principe efficace, être porté correctement. Les masques peuvent devenir un risque de contamination s'ils sont touchés. Or, premièrement, les gens ne les portent pas correctement ; deuxièmement, les gens touchent souvent les masques avec leurs mains. Cela peut également être observé avec les politiciens que l'on voit à la télévision. La population n'a pas été informée de la manière d'utiliser correctement les masques, ni de la manière de se laver les mains lorsqu'elle est en déplacement, ni de la manière de procéder à une désinfection efficace des mains. En outre, il n'a pas été expliqué pourquoi l'hygiène des mains est importante et qu'il faut veiller à ne pas se toucher les yeux, le nez et la bouche avec les mains. La population a été pratiquement laissée seule avec les masques. Non seulement le risque d'infection n'est pas réduit par le port des masques, mais il est augmenté par la manipulation incorrecte du masque. Dans son expertise, le témoin expert expose cela de manière tout aussi détaillée que le fait que, et pour quelles raisons, il est "irréaliste" de parvenir à une manipulation appropriée des masques par la population. »

Le jugement poursuit : « La transmission du SRAS-CoV-2 par les "aérosols", c'est-à-dire par l'air, est médicalement peu plausible et scientifiquement non prouvée. Il s'agit d'une hypothèse qui émane principalement de physiciens des aérosols dont la spécialisation, selon l'expert, ne leur permet pas d'évaluer les contextes médicaux. La théorie des "aérosols" est extrêmement préjudiciable aux interactions humaines et fait que les gens ne se sentent plus en sécurité dans aucun espace intérieur, certains craignant même une infection par des "aérosols" à l'extérieur des bâtiments. Associée à l'idée d'une transmission "inaperçue", la théorie des "aérosols" amène les gens à voir un risque d'infection dans chaque être humain.

« Les changements de politique en matière de masques, d'abord des masques en tissu en 2020, puis depuis le début de l'année 2021 des masques OP ou des masques FFP2, ne sont pas clairement justifiés. Même si les masques OP et les masques FFP sont tous deux des masques médicaux, ils ont des fonctions différentes et ne sont donc pas interchangeables. Soit les politiciens qui ont pris ces décisions eux-mêmes n'ont pas compris à quoi sert un masque, soit ils ne se sont pas souciés de cela, mais seulement de la valeur symbolique du masque. Du point de vue de l'expert, les décisions des responsables politiques en matière de masques ne sont pas compréhensibles et, pour le moins, peuvent être qualifiées d'invraisemblables. »

L'expert souligne en outre qu'en dehors des soins médicaux aux patients, il n'existe aucune étude scientifique sur l'espacement social. En résumé, selon elle et selon la conviction du tribunal, seules les règles suivantes peuvent être établies :

1. Garder une distance d'environ 1,5 m (1 - 2 m) lors de rencontres en face à face lorsqu'une des deux personnes présente des symptômes de rhume pourrait être décrit comme une précaution raisonnable. Cependant, elle n'est pas scientifiquement prouvée ; il existe seulement des preuves – ou on peut dire qu'elles sont plausibles – qu'il s'agit d'une mesure efficace pour se protéger contre le contact avec des agents pathogènes par le biais de gouttelettes de sécrétion respiratoire si la personne en contact présente des signes de rhume. En revanche, garder ses distances avec tout le monde n'est pas un moyen efficace de se protéger si l'autre personne est enrhumée.

2. Le maintien d'une distance totale ou même seulement d'une distance face à face d'environ 1,5 m (1 - 2 m), si aucune des personnes présentes ne présente de signes de rhume, n'est pas soutenu par des données scientifiques. Cependant, cela nuit considérablement à la vie en commun des personnes et surtout aux contacts insouciants entre enfants, sans aucun avantage reconnaissable en termes de protection contre les infections.

3. Les contacts étroits, c'est-à-dire à moins de 1,5 m (1 - 2 m), entre élèves ou entre enseignants et élèves, ou entre collègues de travail, etc., ne présentent pas de risque, même si l'une des deux personnes de contact présente des signes de rhume, car la durée de ces contacts à l'école ou même entre adultes, dans un lieu public, est bien trop courte pour qu'une transmission de gouttelettes puisse se produire. C'est ce que montrent également des études portant sur des ménages où, bien que vivant dans un environnement proche et ayant de nombreux contacts avec la peau et les muqueuses, peu de membres du ménage tombent malades lorsque l'un d'entre eux a une infection respiratoire.

La Cour suit également l'évaluation du professeur Kappstein concernant les taux de transmission des personnes symptomatiques, pré-symptomatiques et asymptomatiques. Elle écrit :

« Elle affirme que la transmission pré-symptomatique est possible, mais pas inévitable. Quoi qu'il en soit, selon le professeur, ils sont nettement plus faibles lorsque des scénarios de contact réels sont évalués que lorsque la modélisation mathématique est utilisée.

À partir d'une revue systématique avec méta-analyse sur la transmission de Corona dans les foyers publiée en décembre 2020, le professeur oppose un taux de transmission plus élevé, mais non excessif, de 18 % pour les cas index symptomatiques à une transmission extrêmement faible de seulement 0,7 % pour les cas asymptomatiques. La possibilité que des personnes asymptomatiques, auparavant qualifiées de personnes saines, transmettent le virus n'a donc aucun sens. »

En résumé, la Cour déclare : « Il n'existe aucune preuve que les masques faciaux de différents types puissent réduire le risque d'infection par le SRAS-CoV-2, ni même de façon appréciable. Cette affirmation s'applique aux personnes de tous âges, y compris les enfants et les adolescents, ainsi qu'aux personnes asymptomatiques, pré-symptomatiques et symptomatiques.

Au contraire, il est possible que le contact main au visage, qui devient plus fréquent lors du port d'un masque, augmente le risque d'entrer soi-même en contact avec l'agent pathogène ou d'amener d'autres personnes à entrer en contact avec lui. Pour la population normale, il n'existe aucun risque d'infection dans la sphère publique ou privée qui pourrait être réduit par le port de masques (ou d'autres mesures). Il n'existe aucune preuve que le respect des règles de distanciation sociale puisse réduire le risque d'infection. Cela vaut pour les personnes de tous âges, y compris les enfants et les adolescents. »

Même après les conclusions approfondies de l'expert Prof. Dr. Kuhbandner, selon les motifs du jugement, « il n'existe à ce jour aucune preuve scientifique de haute qualité que le risque d'infection puisse être réduit de manière significative par le port de masques faciaux". Selon les conclusions de l'expert, les recommandations du RKI [sembable au Institut Pasteur] et la ligne directrice S3 des sociétés professionnelles sont basées sur des études d'observation, des études de laboratoire sur l'effet de filtre et des études de modélisation, qui ne fournissent que des preuves faibles ou très faibles, car la méthodologie sous-jacente de ces études ne permet pas de tirer des conclusions réellement valables sur l'effet des masques dans la vie quotidienne ou dans les écoles. En outre, les résultats des différentes études sont hétérogènes et certaines études d'observation plus récentes fournissent des résultats contradictoires. »

Le juge déclare : « En outre, l'ampleur réalisable de la réduction du risque d'infection par le port de masques dans les écoles est très faible, car les infections se produisent très rarement dans les écoles, même sans masque. En conséquence, la réduction absolue du risque est si faible qu'une pandémie ne peut être combattue de manière pertinente... ». Selon les explications de l'expert, les chiffres d'infection chez les enfants, qui seraient actuellement en hausse, sont très probablement dus au fait que le nombre de tests chez les enfants a considérablement augmenté au cours des semaines précédentes. Le risque d'infection dans les écoles étant très faible, même une éventuelle augmentation du taux d'infection de la nouvelle variante du virus B.1.1.7, de l'ordre de grandeur supposé dans les études, ne devrait pas accroître de manière significative la propagation du virus dans les écoles. Ce faible avantage est contrebalancé par les nombreux effets secondaires possibles sur le bien-être physique, psychologique et social des enfants, dont de nombreux enfants devraient souffrir pour éviter une seule infection. L'expert les présente en détail, entre autres, sur la base du registre des effets secondaires publié dans la revue scientifique Monatsschrift Kinderheilkunde. »

2 L'inadéquation des tests PCR et des tests rapides pour mesurer l'incidence de l'infection

Au sujet du test PCR, le Tribunal écrit : « Le témoin expert Prof. Dr. med. Kappstein a déjà souligné dans son témoignage que le test PCR ne peut détecter que le matériel génétique, mais pas si l'ARN provient de virus capables de s'infecter et donc capables de se répliquer (c'est-à-dire capables de se reproduire).

Le témoin expert Prof. Dr. rer. biol. hum. Kämmerer a confirmé, dans son témoignage sur la biologie moléculaire, qu'un test PCR – même s'il est effectué correctement – ne peut fournir aucune information sur le fait qu'une personne est infectée ou non par un agent pathogène actif.

En effet, le test ne peut faire la distinction entre la matière "morte", par exemple un fragment de génome totalement inoffensif, vestige de la lutte du système immunitaire de l'organisme contre un rhume ou une grippe (de tels fragments de génome peuvent encore être trouvés plusieurs mois après que le système immunitaire a "traité" le problème) et la matière "vivante", c'est-à-dire un virus "frais" capable de se reproduire.

Par exemple, la PCR est également utilisée en médecine légale pour amplifier l'ADN résiduel de restes de cheveux ou d'autres matériaux de trace au moyen de la PCR de manière à pouvoir identifier l'origine génétique d'un ou de plusieurs auteurs ("empreinte génétique").

Même si tout est fait "correctement" lors de l'exécution de la PCR, y compris toutes les étapes préparatoires (conception et établissement de la PCR, prélèvement de l'échantillon, préparation et exécution de la PCR), et que le test est positif, c'est-à-dire qu'il détecte une séquence génomique qui peut également exister dans une ou même la séquence spécifique du virus "corona" (SARS-CoV-2), cela ne signifie en aucun cas que la personne testée positive est infectée par un SARS-CoV-2 en réplication et est donc infectieuse = dangereuse pour d'autres personnes.

Au contraire, pour déterminer une infection active par le SRAS-CoV-2, il faut utiliser d'autres méthodes de diagnostic, voire des méthodes spécifiques, telles que l'isolement des virus réplicables.

Indépendamment du fait qu'il est en principe impossible de détecter une infection par le virus SARS-CoV-2 à l'aide du test PCR, les résultats d'un test PCR dépendent, selon le témoin expert Prof. Dr. Kämmerer, d'un certain nombre de paramètres qui, d'une part, sont à l'origine d'incertitudes considérables et, d'autre part, peuvent être manipulés de manière à obtenir beaucoup ou peu de résultats (apparemment) positifs.

Parmi ces sources d'erreur, on peut en distinguer deux frappantes.

L'une d'entre elles est le nombre de gènes cibles à tester. Les directives de l'OMS ont réduit ce nombre, qui était à l'origine de trois, à un seul. Le témoin expert a calculé que l'utilisation d'un seul gène cible à tester dans une population mixte de 100 000 tests, dont aucune personne n'est réellement infectée, entraînerait un nombre de 2 690 faux positifs ; ce chiffre est basé sur un taux d'erreur moyen déterminé dans une comparaison interlaboratoire. L'utilisation de trois gènes cibles n'entraînerait que dix faux positifs.

Si les 100.000 tests effectués étaient représentatifs de 100.000 citoyens d'une ville ou d'un quartier sur une période de sept jours, cette réduction du nombre de gènes cibles utilisés entraînerait à elle seule une différence de dix faux positifs par rapport à 2.690 faux positifs en termes d' "incidence quotidienne" et, en fonction de celle-ci, de gravité des restrictions de la liberté des citoyens.

Si le "nombre cible" correct de trois ou même mieux (comme par exemple en Thaïlande) jusqu'à six gènes avait été systématiquement utilisé pour l'analyse PCR, le taux de tests positifs et donc l' "incidence sur 7 jours" auraient été réduits presque complètement à zéro.

En outre, la valeur dite Ct, c'est-à-dire le nombre d'étapes d'amplification/doublement jusqu'auquel le test est encore considéré comme "positif", est une source d'erreur supplémentaire.

Le témoin expert souligne que, selon l'opinion scientifique unanime, tous les résultats "positifs" qui ne sont détectés qu'à partir d'une valeur Ct de 35 n'ont aucun fondement scientifique (c'est-à-dire aucune preuve). Dans la fourchette de Ct 26-35, le test ne peut être considéré comme positif que s'il correspond à la culture du virus. Pourtant, le test RT-qPCR pour la détection du SRAS-CoV-2, qui a été propagé dans le monde entier avec l'aide de l'OMS, a été (et par la suite, tous les autres tests qui s'en inspirent) fixé à 45 cycles sans définir une valeur de Ct pour "positif".

En outre, lors de l'utilisation du test RT-q-PCR, la notice d'information de l'OMS à l'intention des utilisateurs de DIV 2020/05 doit être respectée (n° 12 des notes juridiques du tribunal). En conséquence, si le résultat du test ne correspond pas aux constatations cliniques concernant une personne examinée, un nouvel échantillon doit être prélevé et un examen complémentaire doit être effectué, ainsi qu'un diagnostic différentiel ; ce n'est qu'à ce moment-là, selon ces directives, qu'un test peut être considéré comme positif.

Selon le rapport d'expertise, les tests antigéniques rapides utilisés pour les tests de masse ne peuvent fournir aucune information sur l'infectivité, car ils ne peuvent détecter que des composants protéiques sans aucun lien avec un virus intact et reproductible.

Pour permettre une estimation de l'infectivité des personnes testées, il faudrait comparer individuellement le test positif effectué dans chaque cas (comme pour la RT-qPCR) avec la cultivabilité des virus de l'échantillon testé, ce qui est impossible dans les conditions de test extrêmement variables et invérifiables.

Enfin, le témoin expert souligne que la faible spécificité des tests entraîne un taux élevé de résultats faussement positifs, qui ont des conséquences inutiles sur le plan personnel (quarantaine) et social (fermeture d'écoles, "rapports d'épidémie") jusqu'à ce qu'ils s'avèrent être de fausses alertes. L'erreur, c'est-à-dire un nombre élevé de faux positifs, est particulièrement élevée dans les tests effectués sur des personnes qui ne présentent aucun symptôme.

Il reste à noter que, en principe, ni le test PCR ni le test rapide antigénique ne peuvent détecter une infection par le virus SRAS-CoV-2, comme l'a démontré le témoin expert. En outre, outre celles décrites ci-dessus, il existe d'autres sources d'erreur, qui sont énumérées dans l'avis d'expert comme ayant des effets graves, de sorte qu'une détection adéquate de l'infection par le SARS-CoV-2 dans [l'État fédéral constitutif, ou Land, de] Thuringe (et à l'échelle nationale) n'est pas du tout possible.

En tout état de cause, le terme "incidence" est mal utilisé par l'exécutif du Land. Par "incidence", on entend en fait l'apparition de nouveaux cas dans un groupe défini de personnes (testées à plusieurs reprises et, si nécessaire, examinées médicalement) au cours d'une période définie, cf. n° 11 des Notes juridiques de la Cour. En réalité, des groupes de personnes non définis sont testés au cours de périodes non définies, de sorte que ce que l'on fait passer pour une "incidence" n'est qu'un simple rapport de données.

Quoi qu'il en soit, selon une étude de méta-analyse réalisée par le médecin et statisticien John Ioannidis, l'un des scientifiques les plus cités au monde, qui a été publiée dans un bulletin de l'OMS en octobre 2020, le taux de létalité de l'infection est de 0,23 %, ce qui n'est pas plus élevé que celui des épidémies de grippe modérément graves.

Ioannidis a également conclu, dans une étude publiée en janvier 2021, que les confinements n'ont aucun avantage significatif.

3. La violation par les tests rapides dans les écoles du droit à l'autodétermination informationnelle.

Le droit à l'autodétermination informationnelle, qui fait partie du droit général à la vie privée conformément à l'article 2(1) de la Loi fondamentale, est le droit de l'individu de déterminer, en principe, pour lui-même, la divulgation et l'utilisation des informations sur sa personne. Ces informations personnelles comprennent également le résultat d'un test. De plus, un tel résultat est une "donnée" personnelle de santé au sens du règlement sur la protection des données (DSGVO) et ne concerne, en principe, pas les autres.

Cet empiètement sur les droits fondamentaux est également inconstitutionnel. En effet, étant donné les modalités pratiques des tests dans les écoles, il semble inévitable que de nombreuses autres personnes (camarades de classe, enseignants, autres parents) soient, par exemple, informées d'un résultat de test "positif".

Il en va de même si des barrières de test similaires sont érigées pour l'accès aux magasins ou aux événements culturels.

En outre, la loi sur la protection contre les infections (IfSG) ne justifie pas le dépistage obligatoire des écoliers en vertu du droit régional [c'est-à-dire du droit du Land] – indépendamment du fait que cette loi fait elle-même l'objet d'importantes objections constitutionnelles.

En vertu de l'article 28 de la loi sur la protection contre les infections, les autorités compétentes peuvent prendre les mesures de protection nécessaires de la manière qui y est spécifiée si des "personnes malades, des personnes soupçonnées d'être malades, des personnes soupçonnées d'être infectées ou d'être porteuses de germes" sont identifiées. En vertu du § 29 IfSG, ces personnes peuvent être soumises à une observation et doivent alors également tolérer les examens nécessaires.

Dans sa décision du 2 mars 2021, réf. : 20 NE 21.353, la Cour administrative d'appel de Bavière a refusé de considérer les employés des maisons de repos [c’est à dire, des Ehpads] comme malades, soupçonnés d'être malades ou porteurs dès le départ. Ceci doit également s'appliquer aux élèves. Même une classification comme "suspecté d'être infecté" est hors de question.

Selon les arrêts de la Cour administrative fédérale, est considéré comme suspecté d'être infecté au sens du § 2 n° 7 IfSG quiconque a eu, avec une certitude suffisante, un contact avec une personne infectée ; une probabilité lointaine ne suffit pas. Il est nécessaire que la supposition que la personne concernée a ingéré des agents pathogènes soit plus probable que le contraire. Le critère de la suspicion d'infection est, exclusivement, la probabilité d'un processus d'infection passé, cf. arrêt du 22.03.2012 - 3 C 16/11 - juris marginal no. 31 et s. Le BayVGH, loc. cit. [alors, cour constitutionelle] l'a rejeté pour les employés des professions infirmières. Rien d'autre ne s'applique aux enfants scolarisés. »

4 Le droit des enfants à l'éducation et à la scolarisation

Sur le droit des enfants à l'éducation, le juge déclare : « En vertu du droit du Land [c'est-à-dire de l'État fédéral], les enfants en âge scolaire ne sont pas seulement soumis à la loi sur la scolarité obligatoire, mais ont également un droit légal à l'éducation et à la scolarisation. Cela découle également des articles 28 et 29 de la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant, qui est le droit applicable en Allemagne.

Selon ces articles, toutes les nations parties au traité doivent non seulement rendre la fréquentation de l'école primaire obligatoire et gratuite pour tous, mais aussi promouvoir le développement de diverses formes d'enseignement secondaire de nature générale et professionnelle, rendre cet enseignement disponible et accessible à tous les enfants et prendre des mesures appropriées telles que l'introduction de la gratuité de l'enseignement et l'octroi d'un soutien financier en cas de besoin. En cela, les objectifs éducatifs contenus dans l'article 29 de la Convention des Nations Unies sur les droits de l'enfant doivent être respectés. »

5. Résultats

Le juge a résumé sa décision comme suit :

« La contrainte imposée aux écoliers de porter des masques et de se tenir à distance les uns des autres et des tiers porte atteinte aux enfants sur le plan physique, psychologique, éducatif et dans leur développement psychosocial, sans être contrebalancée par autre chose que, au mieux, un bénéfice marginal pour les enfants eux-mêmes ou pour les tiers. Les écoles ne jouent pas un rôle significatif dans la "pandémie".

Les tests PCR et les tests rapides utilisés ne permettent pas, en principe, de détecter à eux seuls une "infection" par le virus SRAS-CoV-2. C'est ce qui ressort déjà des propres calculs de l'Institut Robert Koch, comme l'expliquent les rapports d'experts. Selon les calculs du RKI, comme l'explique l'expert Prof. Dr. Kuhbandner, la probabilité d'être réellement infecté lorsqu'on reçoit un résultat positif lors d'un test de masse avec des tests rapides, indépendamment des symptômes, n'est que de deux pour cent pour une incidence de 50 (spécificité du test 80%, sensibilité du test 98%). Cela signifie que, pour deux résultats de test rapide réellement positifs, il y aurait 98 résultats de test rapide faussement positifs, qui devraient tous être retestés avec un test PCR.

Une obligation (régulière) de tester en masse des personnes asymptomatiques, c'est-à-dire des personnes en bonne santé, pour lesquelles il n'existe aucune indication médicale, ne peut être imposée car elle est disproportionnée par rapport à l'effet qui peut être obtenu. En même temps, la contrainte régulière de passer le test soumet les enfants à une pression psychologique, car de cette manière, leur capacité à fréquenter l'école est constamment mise à l'épreuve. »

Enfin, le juge note :

« Sur la base d'enquêtes menées en Autriche, où aucun masque n'est porté dans les écoles primaires, mais où des tests rapides sont effectués trois fois par semaine dans tout le pays, le témoin expert, le Prof. Dr Kuhbandner, conclut : '100 000 élèves de l'école primaire devraient supporter tous les effets secondaires du port de masques pendant une semaine afin d'éviter une seule infection par semaine'. »

Qualifier ce résultat de simplement disproportionné serait une description totalement inadéquate. Il montre plutôt que le législateur du Land [c'est-à-dire de l'État fédéral] qui réglemente ce domaine a perdu le contact avec la réalité dans une mesure sans précédent. »

-->